Sénégal – Presse: l’APS transformée en société nationale

Les députés ont adopté à l’unanimité le projet de création de la Société nationale Agence de presse sénégalaise (SN-APS), lors d’une séance plénière, vendredi. Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a défendu le projet de loi devant les députés. Les parlementaires, dont 13 ont pris la parole au cours de la séance plénière, ont salué l’élaboration du projet de loi par le gouvernement, avant de l’adopter à l’unanimité.

Le directeur général de l’Agence de presse sénégalaise a salué cette adoption par l’Assemblée nationale du projet de loi autorisant la création de la SN-APS, « une mutation très importante, une évolution majeure », qui va donner à l’entreprise le statut de société nationale, a dit Thierno Birahim Fall. « Il s’agit d’une mutation très importante, d’une évolution majeure, j’ai même parlé de révolution », a-t-il déclaré peu après l’adoption du projet de loi autorisant la création de la Société nationale Agence de presse sénégalaise (SN-APS), à l’unanimité des députés réunis en séance plénière.

Cette réforme va faire passer l’Agence de presse sénégalaise d’un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) à une société nationale.  Une évolution qui devrait induire « plus de ressources et beaucoup de capacités de mobilisation de ressources. C’est un rêve, un cadeau d’anniversaire à la fois des soixante ans [de l’agence] et aussi un cadeau de fin d’année’’ des pouvoirs publics aux travailleurs de l’APS, a dit Thierno Birahim Fall. 

Ce texte défendu à l’Assemblée nationale par le ministre de la Culture et de la Communication Abdoulaye Diop a fait l’unanimité auprès des parlementaire. La députée Sokhna Dieng Mbacké, ancienne journaliste, a salué la création de la SN-APS.  Elle a rappelé « le rôle pionnier » joué par l’Agence de presse sénégalaise dans le paysage médiatique sénégalais et africain, en rendant hommage à ses directeurs.

Sokhna Dieng Mbacké a souhaité que la mutation de l’APS lui permette d’avoir son propre siège, des « ressources humaines de qualité » et des « moyens conséquents ». Sa collègue Aïssatou Sabara, du Grand Parti, a déploré le retard accusé dans la mutation de l’APS et dit espérer que la nouvelle société rattrapera « le temps perdu ».

Adji Mbergane Kanouté, lui emboîtant le pas, souhaite que la SN-APS soit dotée de « moyens conséquents pour mener à bien son travail ». Les députés du Parti démocratique sénégalais, Nango Seck et Marie Sow Ndiaye, ont surtout plaidé pour que la SN-APS ne soit pas une structure ’’à la solde’’ du pouvoir.

APS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 1 =