Portrait – Rabiatou Diallo : “…je voulais juste me marier et avoir mes enfants” (première partie)

Pour ce mois de juillet nous vous proposons le portrait inédit de Rabiatou DIALLO, journaliste et activiste très engagée en faveur des enfants. Dans ce premier numéro de cette longue série de quatre publications, nous allons découvrir avec vous le parcours de cette charmante jeune dame pour laquelle le destin a presque tout tracé, ses premiers pas, ses motivations au quotidien, ses rêves…

Rabiatou DIALLO, 27 ans, est née à Diountou, une sous-préfecture de Lélouma, dans la région de Labé au centre-nord de la Guinée, sur les beaux plateaux du Fouta Djalon, dans la région de la Moyenne Guinée. La nature y est généreuse, le climat propice à l’agriculture et à l’élevage. Diountou possède un climat de savane avec hiver sec. Les précipitations dans cette sous-préfecture sont beaucoup plus importantes en saison pluvieuse qu’elles ne le sont en saison sèche. Sur l’année, la température moyenne à Diountou avoisine les 29.3°C et les précipitations sont en moyenne de 926.2 mm.

C’est dans cet oasis foutanien que Rabiatou voit le jour en 1992. Très jeune, elle doit faire face à son destin après une tragédie familiale. ”J’ai perdu mon père à l’âge de dix ans. Mais grâce au soutien de la famille on a pu aller à l’école et avoir une éducation de qualité. En quittant mon village en 2008 pour la ville je n’avais pas l’ambition de poursuivre mes études et faire carrière, je voulais juste me marier et avoir mes enfants, comme toutes les jeunes filles de mon village ”.

Justement, tout change en 2008. Ironie du sort, Rabi changera de trajectoire une fois en ville. Elle doit s’adapter à de nouveaux défis, encouragée en cela par ceux qui l’entourent. ‘’ En ce moment, je n’avais aucune idée que je pouvais faire carrière, je ne savais rien de ce que je pouvais devenir, mais le fait de sortir de mon village et rejoindre la ville m’a donné une autre vision de la femme que je pouvais devenir’’.

Un parcours tout tracé

Une fois en ville, elle découvre le quotidien de ceux qui y vivent, fait des rencontres, se fait des amies et se forge peu à peu une nouvelle mentalité. ‘’Mon ambition pour le mariage a changé quand j’ai rencontré  quatre filles en classe de terminale (Lapinette ,Kirikou ,Karaba et Sogolon), et elles, elles m’ont inspiré. Elles voulaient être de grandes journalistes, aller à l’université faire des études et des carrières. Cela a eu beaucoup d’influence sur moi et j’ai commencé à me poser des questions: est-ce que moi aussi je ne peux pas être comme elles ? Au bout du fil on a été deux à être orientées à L’ISIC de Kountia’’ (Institut supérieur de l’information et de la communication – NDLR). 

Vous vous demandez certainement comment une jeune fille, déterminée à hypothéquer ses études au profit d’un foyer et d’une ambition de devenir maman s’est retrouvé sous les projecteurs? On peut dire que la force du destin a beaucoup joué. Rabi, comme on l’appelle affectueusement, a fait ses premiers pas à l’école primaire de Thiallou avant de fréquenter le collège de Diountou à Lélouma où elle décroche le BEPC (Brevet d’études du Premier Cycle) en 2008.

‘’J’ai terminé le lycée à Conakry, où j’ai décroché mon baccalauréat unique en 2010. Après j’ai été orienté à L’ISIC (Institut Supérieur de l’Information et de la Communication ISIC de Kountia). Au bout de quatre années d’études supérieures, j’ai poursuivi mon parcours au studio Hirondelle où j’ai été recruté. Pendant deux ans j’ai animé une émission intitulée « tous les enfants de Guinée ». Son objectif était de donner la parole aux enfants de Guinée, pour qu’ils puissent s’exprimer sur les sujets qui les concernent. C’est de là que tout est parti…’’

A l’ISIC de Kountia, Rabiatou connaît un parcours modeste mais très apprécié de tous, comme nous l’avons découvert par les témoignages recueillis dans le cadre de la réalisation de ce portrait. Elle est vue comme une étudiante studieuse, respectueuse, ponctuelle et très prometteuse.

Une passion pour les enfants

Après ses études universitaires, Rabi se lance dans la profession, elle découvre pour la première fois les réalités du monde professionnel. Mais avec ses ambitions, elle ne tardera pas à découvrir sa voix, celle d’œuvre pour le bien être des enfants.

Dans son village, peu de jeunes filles ont eu la chance de fréquenter l’école, celles qui y sont allés ont fini par abandonner car offertes très tôt en mariage. ‘’Ce n’est pas toujours facile. Mais aujourd’hui la nouvelle génération se bat pour que les enfants, en particulier les filles, puissent bénéficier de toutes les opportunités possibles. C’est un combat de longue haleine, surtout avec les contraintes sociales’’

Mais de cela, nous en parlerons dans le prochain numéro de ce portrait

En attendant, merci de votre fidélité et rendez-vous dans une semaine pour le deuxième numéro de notre série spéciale Rabiatou Diallo, l’ICÔNE DU MOIS de juillet.


3 Replies to “ Portrait – Rabiatou Diallo : “…je voulais juste me marier et avoir mes enfants” (première partie)

  1. Quelle belle histoire, Quelle belle ambition, Quelle belle determination, Quelle bel example, Quelle belle fille de Diountou. Tu fais la fierte des jeunes femmes non seulement de Diountou mais de la Guinee et d’ailleurs. Bonne chance et surtout du courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 × 4 =