Portrait Rabiatou Diallo : « chacun de nous doit créer un espace pour permettre à tous les enfants de s’exprimer »

Dans nos deux précédents numéros, nous avons découvert avec le parcours de Rabiatou Diallo ainsi que les premiers pas de son engagement en faveur d’un monde aussi vulnérable que celui des enfants. Aujourd’hui nous vous amenons à la découverte de ce qui fait son quotidien avec les enfants auxquels elle a dédié l’essentiel de son temp et de son énergie.

Le chemin n’a pas été facile, mais la ténacité et la foi en l’avenir ont payé pour Raby. “Au début j’étais seule, mais depuis un moment je travaille avec deux amis que j’ai rencontrés comme ça et qui se sont intéressés de près  à cette initiative, ils ont décidé de s’embarquer dans le bateau. Du coup nous travaille désormais ensemble. Raby et les enfants ce n’est pas pour moi”.

Dans son combat constant pour donner espoir au maximum d’enfants de son pays, Raby a pu s’entourer de personnes qui partagent la même passion qu’elle. Le club Raby et les enfants existe depuis peu, mais au vu du chemin parcouru, notre activiste se montre plutôt confiante en l’avenir. 

J’ai plein d’amis qui veulent apporter leurs appuis techniques et financiers, donc je suis confiante et je sais que ça ira lentement mais sûrement. Le club fait son petit chemin,  En (6) mois d’existence et je pense qu’on est sur la bonne voie. On n’est pas pressé d’avoir la gloire, mais on va préparer des enfants qui vont devenir des jeunes avec des valeurs qui, une fois majeur  auront l’obligation d’encadrer des enfants à leur tour, nous allons créer cet esprits de monitoring, parce que chacun d’entre nous a besoin d’avoir un mentor”. 

Remise de dons par le club Raby et les enfants

Un combat de valeur

Ce sont ces principes si simples, mais si chers et si nobles qui font le sacerdoce de ce club au grandes idées: mettre le bien être des enfants au centre des préoccupations. Pourtant, Rabiatou a traversé des moments qui ont parfois failli motiver son désistement. Comme toute aventure, surtout à but non lucratif, Raby a connu des temps de faiblesses. Mais guidée par la volonté de remplir un vide jusque là inexploité, elle va transformer ses obstacles en opportunités. Et ce qui aurait pu la faire chanceler devient ainsi une source de motivation.

Anecdote : “Je me rappelle un jour, alors que j’animais une émission avec les enfants, j’étais fatiguée et je me ressentais le désir d’arrêter en me disant que  je ne vais plus continuer cette émission, je ne vais plus continuer cette voie. Et sous le soleil je vois cet enfant qui quittait de l’école en tenue Kaki avec son sac à dos, pour venir Co animer l’émission avec moi. Quand je l’ai  vu j’ai eu les larmes aux yeux. Je me suis dit si eux ils sont aussi motivés que ça, pourquoi moi je voudrais arrêter. Je donne de l’espoir à ces jeunes, ils croient en ce que je leurs donne, à cette initiative que je suis en train de mener, c’est pour ça qu’ils sont là, parce que ça leurs apporte quelque chose. Ils estiment que je suis un modèle pour eux, même si je ne vois pas ce que j’apporte, mais pour moi c’est une fierté.

Le club Raby et les enfants s’illustre de plus en plus dans l’assistance aux enfants démunis. C’est ainsi qu’à l’occasion de le fête des enfants, plusieurs dons sont fait à l’endroits des enfants dont les parents sont de revenus modeste.

Responsabiliser les enfants

La toile de fond de ce combat reste cependant la responsabilisation des enfants. “Nous voulons leur faire comprendre que certes ils ne sont pas assez grand, mais qu’ils ont leur voix au chapitre, et c’est à chacun d’entre nous de pouvoir créer cet espace pour permettre à tous les enfants de pouvoir s’exprimer sur ce qui les concerne, parce qu’on dit souvent  » tout ce que vous faites sans nous est contre nous ». Et ça serait bien de pouvoir les associer. Moi je prône ce droit de participation, il faut préparer les leaders de demain en leurs donnant une voix, un espace d’expression que ce soit avec les médias, la société civile, le parlement des enfants etc.”

La vision de ce club est d’inculquer des valeurs aux enfants en les préparant à apporter de l’aide à leurs prochains. Et sur ce, Raby leur apprend qu’ils n’ont pas besoins d’avoir beaucoup de moyens financiers pour aider leur prochain. Mais un petit geste, un petit sourire peut changer la vie de quelqu’un.

Environs trente ans après naissance de la convention internationale sur les droits de l’enfant, la situation des enfants en Guinée reste encore à désirer. Selon Raby, les violation récurrentes et systématiques des droits de l’enfant reste préoccupante. Elle en veut pour preuve les nombreux mariage d’enfants, l’excision, le trafic d’enfants, l’exploitation d’enfants. 

Selon l’Office de protection  genre, enfant et mœurs (OPROGEM), 238 cas de viol et 52 cas d’enlèvements d’enfants ont été enregistrés en 2017. Le nombre de victimes âgées de moins de 18 ans est de 161. Quant au ombre d’auteurs mineurs, il est de 84. L’année 2017 a aussi connu des abandon d’enfants, 167 cas enregistrés pour lesquels, 147 individus ont été déférés devant les juridictions compétentes.

Ces chiffres peignent suffisamment la situation des enfants de Guinée et révèle combien le combat d’une association comme le Club Raby et les enfants est important.

Plaidoyer

“Il y’a aujourd’hui beaucoup d’enfants qui n’ont pas été scolarisés, ou des jeunes filles qui ont été sorties très  tôt de l’école pour être offertes en mariage. Et quand on parle de participation, les enfants n’ont pas la voix au chapitre, pourtant c’est écrit, les pays les ont ratifiés et se sont engagés à les respecter, mais l’effectivité pose encore problème. Ce sont des choses à revoir, et justement tous ces enfants peuvent y apporter leur contribution, parce que c’est à eux d’interpeller L’État et les parents sur le respect de leurs droits”.

Pour le club Raby et les enfants, la sensibilisation reste pour le moment l’unique voie de salut pour permettre aux enfants de Guinée de réaliser leur plein potentiel.  Il préconise également une synergie d’action entre les organisations des jeunes qui œuvrent dans le domaine de l’enfant, “on est plus fort ensemble que quand on part à rang dispersés”.

Le dernier numéro de cette série spéciale sera consacré à l’autre facette de Rabiatou Diallo, celle de volontaire et bénévole au service de plusieurs autres causes humanitaires. 

Vous pouvez retrouvez l’intégralité de ce portrait spécial Rabiatou Diallo sur notre application mobile LOURANEWS, disponible sur play store.

A très bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 ⁄ 3 =