Opinion: Abdoulaye Bah, Une étoile s’est éteinte

“Je vais vous raconter une histoire qui nous a marqué lorsque nous sommes allé accompagner le Syli local au Maroc récemment. Quand l’équipe a perdu son deuxième match, Antonio et tout le monde était furieux et on savait en ce moment que quelque chose allait se produire. Un moment après, ils nous ont convié à une conférence de presse d’urgence pour annoncer la limogeage de Lappé Bangoura.

Mais la partie la plus intéressant est que certains journalistes sont partis là bas sans être invités et pris en charge par la fédération, Antonio a quand même accepté de prendre en charge leur logement sans leur garantir de per-diem. Mais vous savez comment se comportent certains journalistes guinéens…

Le Monsieur (Antonio Souaré) était furieux et eux ils n’ont pas eu mieux à faire sauf aller se regrouper dans le hall de l’hôtel pour exiger d’avoir des primes. L’affaire commençait à faire du bruit et Antonio a convoqué encore tout le monde. Quand on s’est regroupé, il a demandé quels sont ceux qui revendiquent pour leur per-diem?

Ils se sont regroupé et Antonio a sorti plusieurs enveloppes. Les gars croyaient que c’était de l’argent, donc tout le monde a souri. Antonio les a appelé un à un et a remis une enveloppe à chacun.
Quand ils ont ouvert leurs enveloppes, ils se sont rendu compte que ce sont des billets d’avion immédiat sur Conakry. Antonio a ajouté que l’avion les attend. Fallait revoir les visages…”

Et nous (Emmanuel MILLIMONO – Africa 24, Malick DIAKITE – Africable, Mouctar BAH – Rfi et toi bien sur), réunis cette nuit par le hasard des faits au domicile de notre frère Mouctar, avons éclaté de rire tout en te demandant si c’était une blague ou pas.

Voici Abdoulaye Bah, l’une de tes nombreuses histoires drôles qui m’ont fait éclaté de rire et qui ont fait que j’ai toujours eu du plaisir à partager du temps à tes côtés.

Mieux encore, Abdoulaye, j’adorais lire tes chroniques, riches à la fois de fiction, d’humour mais aussi d’inspiration débordante. Je dois ici rappeler qu’elles ont été pour moi des sources d’inspiration, et d’inépuisables source de regard “un peu penchée sur l’actualité” de notre pays. Tu savais nous égayer quand nous étions crispés.

Abdoulaye Bah, tu fut un grand frère, un modèle et une étoile qui brillait de son professionnalisme au sein d’une jeune génération de journalistes à la quête de point d’ancrage.
Que la nouvelle de ta mort m’a foudroyé le coeur!!!!
Mais ne dit-on pas que tout ce que Dieu fait est bon?
Nul doute qu’il t’accueille dans son royaume céleste.
Merci cher grand frère, merci Abdoulaye pour le sourire que tu nous as procuré, tu as vécu pleinement, certe pas longtemp, mais avec une empreinte qui restera indélébile dans l’histoire de la presse guinéenne.

Tu es parti pour toujours Abdoulaye, repose en paix. Que cette belle terre de Guinée que tu as servi avec tant de professionnalisme et d’abnégation te soit à jamais légère.
Amen
Emmanuel MILLIMONO
Journaliste
Depuis Dakar

emmamillimono@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
18 ⁄ 3 =