Mali: l’OIF aussi suspend le pays après le coup d’État du 18 août

Après la CEDEAO, et les condamnations de l’ONU et autres partenaires du Mali, c’est l’organisation international de la francophonie qui vient de prendre une sanction contre le pays. L’OIF qui est un partenaire non des moindres des processus électoraux au Mali vient de suspendre le pays de toutes ses instances et réclame un retour à la démocratie et à l’ordre constitutionnel après le coup d’Etat du 18 août dernier.

L’organisation réclame entre autres « la mise en place, dans les meilleurs délais, d’un gouvernement de transition conduit par une autorité civile » et la libération de toutes les personnalités détenues par la junte.

« Les membres du CPF [Conseil permanent de la Francophonie, Ndlr] ont décidé de prononcer la suspension de la République du Mali de la Francophonie tout en maintenant les actions de coopération bénéficiant directement aux populations civiles, ainsi que celles concourant au rétablissement de la démocratie », a indiqué l’organisation réunie en visioconférence, sous la présidence de sa Secrétaire générale, Louise Mushikiwabo.

Le communiqué de l’OIF, reçu par notre rédaction, précise également qu’une délégation de haut niveau se rendra prochainement à Bamako pour rencontrer les nouvelles autorités du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 + 7 =