Guinée : l’UFDG, l’UFR et l’UDG retournent à l’Assemblée nationale

L’information vient de tomber à l’occasion d’une déclaration lue par les parti mentionnés plus haut et reçue par notre rédaction. Après la suspension de leur participation aux travaux de l’Assemblée Nationale depuis le 11 octobre dernier, les députés de l’UFDG (union des forces démocratiques de Guinée) du chef de file de l’opposition Cellou Dalein Diallo, l’UFR (union des forces républicaines) de l’ancien premier ministre Sidya Touré et l’UDG (Union Démocratique de Guinée) de l’homme d’affaires Mamadou Sylla, ont décidé de reprendre leurs sièges au sein du parlement.

Nous vous proposons ci dessous l’intégralité de cette

« Considérant le communiqué du Président de la République, en date du 14 octobre 2019 qui prend en compte certaines préoccupations exprimées dans notre déclaration pré-citée;

Considérant la levée de l’interdiction générale et absolue du droit de manifester prise par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation;

Considérant les différents courriers du président de l’Assemblée Nationale nous invitant à la reprise des travaux et du dialogue politique à l’Assemblée Nationale;

Considérant la nécessité de participer à l’examen critique du budget 2020 notamment des crédits alloués à l’organisation des élections législatives et à l’élection présidentielle;

Les députés des groupes parlementaires Alliance Républicaine et Libéral Démocrate se félicitent de la libration des principaux responsables du FNDC et exigent la libération sans condition de tous les autres détenus politiques et décident de ce qui précède:

1-De reprendre leur participation aux travaux de l’Assemblée Nationale;

2-De continuer la lutte engagée par le Front National pour la Défense de la Constitution au sein et en dehors de l’hémicycle contre toute tentative de changement illégal de la constitution en vigueur

3-De dénoncer officiellement auprès des instances compétentes de la CEDEAO le manquement par la République de Guinée à ses obligations communautaires notamment en matière de protection des droits de l’homme et de respect du principe de convergence constitutionnelle commun à tous les Etats membres de la CEDEAO. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
42 ⁄ 14 =