Guinée: les chantiers de Kassory Fofana en chiffres

C’est dans un contexte socio-économique encore jonché de défis que le nouveau Gouvernement conduit par Ibrahima Kassory Fofana entre en fonction. Les attentes sont énormes de la part des populations guinéennes et les indicateurs économiques sont une illustration parfaite du chantier qui attend la nouvelle équipe.

En effet, si les autorités se félicitent régulièrement de quelques résultats atteints aux plans économique et social, nombreux sont encore les défis à relever. A titre illustratif:

Selon la banque mondiale, la Guinée est la 124ème économie en matière d’exportation, et 143ème importateur au monde. La balance commerciale du pays se trouve donc confrontée à un déficit énorme qu’il faut combler pour que se traduise dans le panier de la ménagère les résultats présentés par le Gouvernement. La même source précise que ce déficit au niveau de la balance commerciale a tendance à se creuser.

En 2015, la Guinée a exporté pour une valeur de 2,5 milliards USD, et importé pour 3,32 milliards USD, résultant en une balance commerciale déficitaire de 706 millions USD. En tête des exportations les plus récentes, figure l’or, qui représente 38,2% du total des exportations, suivi du minerai d’aluminium, qui compte pour 29,5%. Les importations principales sont le pétrole raffiné (9,8% du total des importations) suivi par le riz qui représente 7%, malgré un fort potentiel agricole encore loin d’être exploité dans son ensemble.

Les destinations principales des exportations depuis la Guinée sont l’Inde (26%), le Ghana (14%), l’Espagne (6,4%) et les Émirats Arabes Unis (6,2%) tandis que les importations proviennent de Chine (25,6%), des Pays-Bas (9,6%) et d’Inde (8,1%).

Selon la banque africaine de développement, les réformes, les investissements dans les mines, l’agriculture, les infrastructures, ainsi que la fin de la crise Ebola ont permis une reprise des activités économiques en 2016. Le PIB réel a crû de 6,6 % en 2016 et la croissance du PIB réel est estimée à 6,4 % en 2017 et projetée à 6,2 % en moyenne sur 2018–2019. Elle devrait continuer d’être portée par la bonne performance des secteurs miniers, agricoles, et de la construction. Tout une performance à améliorer, sinon maintenir en bonne ligne.

La gestion monétaire reste également un défi de taille surtout quand on pense aux sorties d’argent massives et certaines dépenses publique injustifiées. Les experts avertissent que  l’inflation qui était à 8,4 % entre 2017 et 2018 devrait grimper à 10,6 % en 2019, suite à la hausse du prix des importations, notamment des produits pétroliers.

En plus du déficit d’infrastructures, les défis sont principalement institutionnels, liés à la gouvernance, en particulier dans l’administration. L’un des plus importants est l’application coordonnée des décisions de mise en œuvre de la vision et des politiques par les institutions responsables, et l’imposition de sanctions à ceux qui en ralentissent l’exécution.

La recherche de rentes, qui nourrit la corruption, constitue un frein notable à la mise en œuvre continue et durable des politiques et mesures. La faiblesse des salaires de l’administration, en décalage avec le coût de la vie et certaines pratiques sociales, met en évidence la question cruciale de la masse salariale dans la réforme de l’administration.

Combinée à la faiblesse des allocations budgétaires aux structures responsables de la mise en œuvre de la vision et des politiques, cette situation affaiblit la capacité d’élaboration et de mise en œuvre des projets ainsi que d’absorption des ressources dans les délais impartis. La performance du secteur de l’agriculture est très inférieure à son rôle potentiel de moteur de la création d’emplois et de la croissance économique selon la BAD.

Autant de défis qui à eux seuls résument l’ampleur du travail qui attend le nouveau Gouvernement, d’autant plus que les guinéens pourront les évaluer dans quelques mois avec les élections législatives attendues d’ici la fin de l’année 2018 et la présidentielle en vue en 2020.

One Reply to “ Guinée: les chantiers de Kassory Fofana en chiffres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 4 =