Guinée: l’écrivain Tierno Monénembo dégrade l’armée guinéenne, Oumar Cissé lui répond

Mediaguinee – Le célèbre écrivain guinéen Tierno Monénembo –membre entier du FNDC- s’est payé l’armée guinéenne dans une tribune au vitriol publiée dans de nombreux médias dont Le Lynx. Oumar Cissé lui répond…

Guinéen, fais attention à ton armée !

Il n’y a que deux armées en Afrique de l’Ouest à n’avoir jamais réalisé un coup d’Etat : celle du Sénégal et celle de la Guinée. La première, à cause de son instruction et de son sens très élevé du civisme. La seconde, à cause de son ignorance, de sa couardise, de son sens très élevé de la fumisterie.

L’armée sénégalaise est un modèle en Afrique. Ses officiers sont tous lettrés. Au pays de Senghor, nul ne peut accéder au grade de général s’il n’est pas d’abord titulaire d’un diplôme universitaire. Déployée aux frontières ou confinée dans les casernes, elle ne participe jamais aux opérations de maintien de l’ordre. Respectueuse de sa hiérarchie, de son peuple et de ses institutions, elle fait exactement ce que doit faire un soldat digne de ce nom : défendre la patrie et protéger le citoyen. Exactement le contraire de notre armée, à nous !

Au juste, à quoi servent nos militaires ou plutôt, nos « militants en uniforme », comme les appelait avec mépris, le sanguinaire, Sékou Touré ? A violer les lycéennes, à briser les côtes des vieilles marchandes de poisson ! A crier des injures à caractère ethnique, à rentrer dans les concessions pour renverser les marmites sur le feu et tirer sur de paisibles citoyens. Exceptionnellement à faire un coup d’Etat contre un cadavre ! Ils sont tellement vaillants soldats, nos gars qu’ils s’assurent d’abord que le président est mort et bien mort avant de sortir les tanks et les chars et d’occuper la radio. A se demander comment ils obtenu leurs grades !

A propos de grades, une terrible anecdote me revient à l’esprit. C’était en 2012, juste après mon retour définitif au pays. Au Centre Emetteur, sous mes yeux effarés, un lieutenant saisit un colonel au collet : « Fils de pute, tu sais toi-même comment tu as obtenu ton galon ! » Le pire, c’est que la foule de badauds que leur mauvais numéro avait attirée, se mit à rire au lieu de pleurer !
Pauvre Guinée !

Partout où l’autoritarisme et la mauvaise gestion ont abouti à l’impasse, dans un sursaut patriotique, de jeunes officiers ont risqué leur vie pour débloquer la situation. Partout, sauf en Guinée. Nos militaires eux, ne risquent jamais leur vie, ils préfèrent risquer celle de leur peuple. C’est moins coûteux, plus brave, plus chevaleresque ! Nos casernes n’abriteront donc jamais un Moussa Traoré, un Kérékou, un Maïnassaré, un Robert Gueï, à plus forte raison, un Rawlings ou un Sankara ! Obéir aveuglément au chef quitte à tuer et à violer leurs compatriotes en pleine journée. Et après s’adonner à leur jeu favori : traficoter de la drogue, des vieux clous et des pneus usés. Il y a militaires et militaires ! Les uns s’illustrent dans les champs de bataille, les autres dans la subordination et dans la médiocrité.

Comment diable, compter sur une armée qui s’est laissé piteusement humilier par Sékou Touré. Ce dernier a imposé son parti dans les casernes (du jamais vu même dans les pays de l’Est !) et a éliminé les meilleurs officiers guinéens sans jamais rencontrer la moindre résistance. Mon dieu, des guerriers de métier qui se prosternent devant le premier petit politicard venu !
Comment respecter une armée qui violé ses propres sœurs en pleine journée ?
Fais attention, à ton armée, Guinéen, c’est de loin, ta pire ennemie ! Pire que la peste et le choléra, pire qu’Ebola, pire que toutes les armées d’invasion réunies !

Tierno Monénembo, in Le Lynx

===============================
Mais mon cher,

c’est toi qui devrais faire attention avec tout ce que tu racontes sur les armées africaines car, ce que tu dis sur la Guinée est complètement faux. Nous avons dépassé les soixante-dix ans et à l’ère de l’Internet, nous devons éviter de mentir surtout par haine aux jeunes. Tout est vérifiable de nos jours et tu vas te discréditer tout seul.

Moi j’ai passé le CEPE en juin 1960 et donc j’ai très bien vu dans les premières années de notre indépendance, des troupes guinéennes partir au Congo de Lumumba et pas seulement ! Nos braves troupes (et celles des cubains), ont combattu aux quatre coins de l’Afrique pour aider à décoloniser et ceux qui restaient au pays, ont utilisé le génie militaire pour faire des routes, des ponts, et produire beaucoup de choses dans tout le pays. Jusqu’autour de 1970, j’achetais mes souliers à l’usine militaire du camp Alpha Yaya …

Ton problème est que tu persistes à propager des mensonges contre Sékou Touré et la première République mais ce qui pouvait passer dans les années soixante et soixante-dix, ne peut plus que ridiculiser son auteur. Vous n’êtes plus qu’une petite poignée d’activistes historiques haineux incapables de se rendre compte que les temps ont changé et surtout que les jeunes générations que vous avez trompées avec les gros mensonges que vous avez fabriqués contre Sékou Touré, ont profité de toutes les sources étrangères d’informations pour apprendre les vérités longtemps travesties par les adversaires de Sékou Touré diabolisé à tort.

Par exemple, tout le monde sait maintenant qu’il n y a jamais eu cinquante mille morts au camp Boiro! Après le livre blanc commandé par les militaires après le 3 avril 1984, ils ont trouvé en tout (117 morts) cent dix-sept morts. En 1958, c’est toute l’agglomération de Conakry qui comptait 50 000 habitants. Ils ne font que mentir depuis plus de soixante ans et actuellement, ils se victimisent et mentent sur Alpha et son régime ; ils le faisaient déjà avant 2010. Ils Fabriquent des tonnes de mensonges mais maintenant, les adresses IP des ordinateurs, permettront de débusquer chaque auteur et de les traquer en justice.

Chaque fois que des pages d’histoire vraie sont publiées ou diffusées (la piscine etc.), certains anciens ne commentent plus mais ils ont transmis haineusement à de nouvelles générations de bornés souvent analphabètes et ce sont ces nouveaux venus qui usent parfois de fausses identités et de faux noms, qui montent en première ligne et recommencent les mêmes mensonges. Quand Sékou Touré est mort, c’est à Mandiana et à Kankan qu’on avait dansé.

Mme Saran Daraba ne vous a dit que peu de choses parce qu’elle n’a pas parlé par exemple du génocide contre les malinkés après 1984 ; juillet 1985 et des années qui suivirent. Plus de trois mille morts. Aucun malinké ne se plaint or, il y avait deux malinkés pendus sous le pont du 8 Novembre sur quatre. Ce sont les malinkés qui furent qualifiés de Cheytanes anti guinéens et on feint de ne pas le savoir.

Actuellement vous qualifiez Alpha de sanguinaire dictateur alors que c’est faux !! Plus de deux cents représentations diplomatiques sont en Guinée et savent que vous mentez. Au contraire c’est vous qui usez de pensée unique et dans vos radios vous êtes intolérants contre ceux qui ne vous suivent pas. Y’ en a marre du mensonge et de la mythomanie victimaire. Tout le monde sait maintenant sauf vous qui êtes de mauvaise foi.
Oumar Cisse de Bma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 ⁄ 1 =