Femme violentée par des FDS à Conakry: le Gouvernement présente des excuses et annonce l’ouverture d’une enquête

L’utilisation d’une femme, nourrice, comme bouclier par les forces de l’ordre dans un quartier de la haute banlieue de Conakry a crée l’émotion dans tout le pays. Sur une video amateur devenue virale sur les réseaux sociaux, on voit clairement des hommes en uniforme, relevant de la Police nationale, aux prises avec des jeunes manifestants. Les policiers prennent ainsi une femme, en état de famille, pour s’en servir comme bouclier face aux jets de pierres des jeunes manifestants du quartier.

Un peu plus loin, la dame en question trébuche et tombe, elle est alors trimballée par les policiers qui fuyaient sous les pierres des jeunes du quartier. Ces derniers vont d’ailleurs finir par la libérer. Cette video, publiée sur les réseaux sociaux a fait réagir plus d’un citoyen.

Dans la matinée de ce jeudi 30 janvier et face à la critique grandissante, les autorités administratives ont fait un communique de presse dans le lequel elles déclarent qu’... »au regard des témoignages et d’éléments d’informations concordants, le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile met une nouvelle fois en garde ceux de ses agents qui se livreraient à des exactions contre des civils. Il est totalement inacceptable que des innocents aient à souffrir des opérations de maintien d’ordre de la part des dépositaires de la force publique »

Le même communique précise que « le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile présente ses excuses à toute personne ayant eu à subir une de ces outrances et invite les victimes à saisir la Direction Générale de la Police Nationale avec tous les éléments permettant de confondre les agents malveillants ».

« Quelle que soit le contexte et la difficulté, le rétablissement de l’ordre public doit se faire de manière proportionnelle et avec discernement. Tout agent contrevenant à cette déontologie sera recherché et sanctionné. D’ores et déjà, la Direction générale de la Police Nationale a convoqué, ce matin du 30 janvier 2020, tous les commandants d’unités pour une réunion de mise au point. Des investigations sont immédiatement lancées, notamment pour les cas récemment enregistrés, afin d’en retrouver les auteurs », conclu le Ministère de la sécurité et de la protection civile.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
40 ⁄ 20 =