Examens nationaux 2018: des innovations attendus

En Guinée, les examens nationaux session 2018 démarreront dès ce mercredi 20 juin  sur toute l’étendue du territoire national.  C’est le certificat d’étude élémentaire  qui ouvrira le bal, suivi du brevet d’étude  du premier cycle BEPC et enfin  le baccalauréat unique. Pour cette année, des innovations sont prévues pour rendre encore plus crédibles ces évaluations,  pour  les 462.406 candidats qui les  braveront. Une annonce faite par le porte parole du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, dans l’émission la Tribune de l’Actualité plus de ce mardi 19 juin 2018, sur Chérie FM Guinée.

Après deux jours d’ateliers préparatoires pour mettre en place les dernières consignes, les cadres du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation se disent enfin prêts. Ils assurent que tout est au point, en ce qui concerne le bon déroulement de ces examens nationaux sessions 2018.  Ce, malgré les perturbations notamment la  grève des syndicats dissidents  du SLECG que le secteur a connu cette année.

 » La logistique est arrivée à tous les niveaux donc zéro faute. La correction a été faite par rapport aux manquements de l’année dernière et il y a eu encore des propositions pour que les examens deviennent de plus en plus crédibles. Les administrateurs territoriaux comme d’habitude ont été fortement impliqués. Et, on a donné une nouvelle  force aux superviseurs qui auront l’œil sur la gestion des copies surtout pour l’élémentaire mais aussi pour le BEPC« , a expliqué le porte parole du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation.

Outre ces réglages, des innovations aussi ont été apportées, comme nous édifie Ansa Diawara.

« On ne dit plus examen d’entrée en 7ème pour votre information, on dit examen de fin d’étude élémentaire. Et le diplôme obtenu ne s’appelle plus CEP (Certificat d’Etude Primaire), il s’appelle CEE, Certificat d’Etude Elémentaire« .

Bien entendu le slogan reste le  même « tolérance zéro, assorti cette fois de sanctions disciplinaires et pénales, prévues contre  les fraudeurs et ceux qui troubleraient la quiétude de ces épreuves. Ils seront au total 462.406 candidats,  dont plus de 171 milles filles de l’enseignement général et du franco-arabe à passer ces examens nationaux.

Pour le certificat d’étude élémentaire, ils seront  217.233 à tenter leurs chances,  146.143  pour le BEPC et 99.030 pour le baccalauréat unique. Quant aux primes de surveillances et de corrections, Ansa Diawara rassure également que cette question a été réglée au préalable.

 Aissata FOFANA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
12 + 22 =