Digital african Tour Burkina 2019 : des débats autour des technologies émergentes

(Cio Mag) – La 3è étape du Digital African Tour 2019 s’est tenue à Ouagadougou, au Burkina Faso, le mardi 30 avril 2019. Un rendez-vous qualifié de « succès » pour les acteurs burkinabè. Une satisfaction tirée des débats autour des sujets d’enjeux importants pour la transformation digitale en cours dans le pays. « Une très grande opportunité, l’occasion pour que nos ingénieurs puissent se frotter aux experts internationaux sur des thématiques émergentes », a confié Madame Hadja Fatimata Ouattara/Sanon, ministre du Développement de l’Economie numérique et des Postes du Burkina.

A Ouagadougou, pour cette 4è édition du Digital African Tour Burkina, étape 3 du marathon de Cio Mag pour l’année 2019, le sujet principal a été « Big data, open Data et blockchain, ces innovations qui vont transformer le Burkina Faso ». « Ce sont des technologies innovantes et il est important que nos ingénieurs aussi maitrisent ces technologies qui vont nous permettre de faire un bon ; de reformer un certain nombre de secteurs : les banques, le cadastre, les finances, l’éducation, la santé », a renchéri Madame Hadja Fatimata Ouattara/Sanon.

Des partages, il y en a eus, avec d’éminents panélistes venus de partout en Afrique, d’Europe et des Etats-Unis. Des globe-trotters du digital qui ont débattu, en cinq panels, de sujets aussi divers que variés, dont les enjeux sont ressentis par l’écosystème numérique du Burkina. Et pour le pays, « tout est prioritaire », et le Burkina a besoin de partenaires stratégiques à divers degré, a insisté Mme Sanon, qui se charge de rendre effectif le programme du gouvernement burkinabè dans la digitalisation du pays.

Analyser pour dégager des axes de réflexions stratégiques

Analyser, planifier, déployer puis évaluer et consolider ou réviser ! La démarche est fortement recommandée dans la conduite des projets digitaux. Le Burkina, qui travaille à devenir une nation du numérique, aux dires de la ministre du Développement de l’économie numérique et des Postes, se met dans cette dynamique. C’est autour de cette logique qu’ont été débattus les sujets sur comment tirer parti des avantages de la Big data pour réussir la transformation numérique ; la confiance comme élément déterminant pour l’innovation ; l’open data comme outil d’amélioration de la gouvernance. Mais aussi des questionnements ! La blockchain est-elle une réelle innovation de rupture pour les administrations ; l’e-commerce, l’atout du Burkina Faso ? Autant de sujets qui ont permis de ressortir des éléments d’analyses utiles pour le déploiement des chantiers innovants au Burkina.

La suite ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
29 − 15 =