Dernière minute : l’opposition guinéenne compte solliciter l’implication des nations dans la crise actuelle

L’opposition guinéenne à travers le front national pour la défense de la constitution (FNDC) a animé ce vendredi 24 janvier une conférence de presse sur la situation que traverse actuellement le pays. Après quelques jours de « résistance active », le FNDC entend poursuivre sa lutte « jusqu’au bout », à savoir, faire renoncer au Président Alpha Condé sa volonté de changement constitutionnel.

Les mots d’ordre lancés récemment par les responsables du Front ont été marqués par de nombreuses violences dans certains endroits du pays, occasionnant des morts, des blessés et des dégâts matériels importants. Les affrontements entre jeunes manifestants et forces de l’ordre se poursuivent encore notamment dans les zones réputées favorables à l’opposition.

Selon Abdourahmane Sanoh, coordinateur nationale du front national pour la défense de la constitution, le pays a « atteint une situation extrêmement critique ». Les frontistes entendent faire appel aux Nations Unies (ONU) à travers le représentant spécial Mohamed Ibn Chambas. L’idée est de non seulement solliciter une implication de l’ONU dans la résolution de la crise guinéenne, mais aussi obtenir auprès d’elle que des sanctions soient prises contre les promoteurs du changement constitutionnel.

Pour Cellou Dalein Diallo, chef de file de l’opposition, les nombreux cas de morts sont à déplorer depuis le début des contestations, mais « la lutte va se poursuivre ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
22 + 19 =