CEDEAO : ouverture du deuxième sommet extraordinaire sur la crise malienne

Les chefs d’Etats et de gouvernement de la communauté économique des États de L’Afrique de l’ouest sont réunis depuis ce matin par visioconférence. Au menu des discussions de cette deuxième rencontre extraordinaire,la crise politique malienne marquée par le coup d’Etat du 18 août dernier.

L’organisation sous-régionale devrait évaluer son dispositif de sanctions prises récemment à l’endroit du Mali, notamment la fermeture des frontières et la suspension du pays de toutes les instances de la communauté. Les chefs d’Etats et de gouvernement prendront ainsi la décision de renforcer ce dispositif ou de l’alleger en tenant compte de l’évolution actuelle de la situation.

La CEDEAO qui a unanimement condamné ce putch militaire exige dans un premier temps le retour à l’ordre constitutionnel, mais le président Ibrahim Boubacar Keïta ne souhaitant plus revenir aux affaires, une nouvelle ligne de conduite s’impose désormais. L’ex président a d’ailleurs été remis en liberté ce mercredi par la junte militaire au pouvoir et a rejoint sa résidence privée de Bamako.

L’un des points de divergence entre les putchistes et la communauté ouest africaine reste desormais la durée de la transition ainsi que le choix des acteurs qui devront la conduire. Les conclusions de ce sommet extraordinaire sont attendues d’ici la fin de cette journée. Son issue reste donc déterminante pour les nouvelles autorités de Bamako, car toutes les autres organisations internationales et pays amis du Mali s’alignent derrière la ligne de conduite qui sera adoptée par la CEDEAO.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
6 + 11 =