Algérie : près de 60 cas de choléra confirmés, dont 11 dans la capitale

Le choléra, réapparu en Algérie début août pour la première fois depuis vingt-deux ans, touche désormais 59 personnes dans cinq régions du pays, dont 11 dans la capitale. Depuis des semaines, des dizaines de patients atteints de diarrhées aiguës affluent dans les hôpitaux du pays. Les autorités n’ont admis l’existence du choléra que le 23 août dernier, trois jours après avoir publiquement exclu cette hypothèse.

« À la date du 27 août 2018, 59 cas de choléra ont été confirmés et 26 autres (se sont avérés) négatifs parmi les 172 (personnes) hospitalisées depuis le 7 août 2018 », selon le ministère de la Santé le 28 août. 66 personnes ont également obtenus les soins appropriés et ont pu sortir de l’hôpital.

L’actuel épisode de choléra a tué deux personnes hospitalisées à l’hôpital de Boufarik dans la wilaya de Blida, située à environ 50 km au sud d’Alger. Il s’agit du principal foyer de l’épidémie, avec 30 cas confirmés.

Critiqué sur sa gestion de la crise, le ministre de la Santé  Mokhtar Hasbellaoui s’est défendu dimanche dernier en expliquant qu’ « on ne peut pas annoncer la maladie avant le diagnostic positif, on était dans un cadre de suspicion ».

Une personne est en outre décédée mardi dans ce même hôpital, mais les analyses sont en cours pour vérifier la présence ou non du vibrion du choléra dans son organisme, a indiqué Reda Daghbouche, le directeur de l’établissement.

Outre des symptômes proches du choléra, cette femme de 46 ans souffrait de plusieurs pathologies, notamment d’une maladie cardiaque, a-t-il ajouté.

Dans la wilaya de Tipaza, à 70 km à l’ouest d’Alger, où les autorités ont condamné une source contaminée par le vibrion du choléra, 14 cas sont désormais recensés. À Alger, les analyses ont confirmé le diagnostic du choléra chez 11 malades.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 22 =